Sécurité au travail : tout connaître sur vos droits

Intérimaires, sur un chantier, vous devez connaitre vos droits afin d’éviter toute situation qui pourrait s’avérer dangereuse. Si vous êtes témoin d’une situation dangereuse, vous devez immédiatement exercer votre droit d’alerte ou votre droit de retrait. Mais concrètement, lorsque l’on parle de sécurité au travail, de quoi s’agit-il ?

 

Dans le même registre, vous pouvez également consulter notre article : Intérimaires : ce que vous devez savoir sur votre sécurité

 

 

 

 

 

Le droit d’alerte

D’après l’article L. 4131-1 du code du travail, l’employé doit utiliser ce droit dans toute situation de travail « dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que de toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection ».

Si vous constatez une faille dans le système de sécurité mis en place, vous devez prévenir votre employeur. Si vous êtes intérimaire, vous devez en informer l’entreprise utilisatrice, mais également votre agence d’emploi.

 

 

Mais de quelles situations dangereuses parle-t-on ?

Il peut s’agir :

  • D’un problème extérieur (exemple : un échafaudage mal fixé)
  • D’un problème vous concernant (exemple : allergie à un produit que l’on vous demande d’utiliser)

Une incapacité temporaire ou permanente ou bien un danger de mort doivent être en jeu pour exercer son droit d’alerte. Si la situation s’avère effectivement dangereuse, vous ne pouvez en aucun cas être pénalisé par votre employeur.

 

 

Le droit de retrait

Le droit de retrait, c’est tout simplement l’étape qui suit le droit d’alerte, si celui-ci n’a pas suffit à écarter le danger.

Une fois votre droit d’alerte exercé, et si le danger vous semble toujours présent, vous pouvez utiliser votre droit de retrait. Vous avez alors le droit de quitter votre poste, après avoir prévenu votre direction ainsi que votre agence d’emploi si vous travaillez dans le cadre du travail temporaire. Attention, des sanctions peuvent être mises en place si vous n’en informez pas vos employeurs.

Dans ce cas et à condition que votre retrait soit justifié, vous ne serez en aucun cas pénalisé que ce soit au niveau de votre salaire ou concernant votre avenir dans l’entreprise.

Une fois prévenue, l’entreprise doit tout mettre en œuvre pour écarter le danger. Vous ne retournez sur le lieu que lorsque le poste de travail aura été sécurisé.

 

 

 

Quelle réaction avoir en cas d’accident ?

Si vous êtes témoin d’un accident, gardez votre calme et ayez les bons réflexes:

  • Ne bougez pas la victime
  • Couvrez-la d’une couverture
  • Ne lui donnez pas à boire
  • Protégez la zone
  • Éloignez les curieux

 

Alertez ensuite les secours :

  • Téléphonez au 18 (pompier), le 15 (samu) ou le 112 (centre d’appel secours)
  • Localisez le lieu de l’accident (commune, rue, point de repère…)
  • Précisez la nature de l’accident
  • Signalez le nombre de blessés et leur état
  • Décrivez l’intervention du secouriste
  • Fixez un point de rendez-vous
  • Protégez vous-même, l’entourage et la victime afin d’éviter toute aggravation de l’accident
  • Alertez en prévenant un responsable ou un secouriste de l’entreprise
  • Rassurez la victime et couvrez-la en attendant les secours. Si vous êtes secouriste, pratiquez les gestes élémentaires de survie.
  • Guidez les secours sur le lieu de l’accident et restez à leur disposition.

Source : CPNSST (Commission Paritaire Nationale de Santé et Sécurité au Travail)

 

Dans la même thématique :

Informations

S'inscrire

04 73 39 90 69

Lundi au vendredi :8h30 à 12h / 14h à 18h